SE "DEFONCER" A LA SUCETTE

 

                                

 

 

Les bonbons "Têtes Brûlées", en théorie générale, sont connus de la plupart des parents à force d'exploser les papilles des enfants en primaire et au collège. Une institution de la gourmandise, en somme. Un fait de société dans les cours de récré.

 

On sait moins que la "Tête Brûlée" a un papa, Pierre-Luc Verquin, quatrième génération des bonbons Verquin, 190 salariés, 15 000 tonnes de bonbons (10% du marché français) à Neuville-en-Ferrain.

 

Après la "Pastille du mineur", la série des "Brûlées" sort une sucette derrière les billes, les barres et les "bubbles".

 

Explosif!

 

article, photo, Voix du Nord du samedi 1er octobre 2016



Réagir